Forstall - Ive

Plus de limites pour Jonathan Ive

Il est devenu plus clair depuis le licenciement de Scott Forstall, qu’Apple envisage une refonte d’iOS et d’OS X.

Le dernier signe en date est une offre d’emploi où Apple est à la recherche d’ingénieurs pour « réinventer » les interfaces de la suite logicielle iLife. Il est donc clair qu’une refonte d’iPhoto, iMovie et GarageBand est dans les tuyaux. Un remaniement semble être en cours dans les laboratoires de la pomme, mais cela ne signifie pas que les résultats seront là du jour au lendemain. Explications.

Cette publicité me permet de couvrir les frais de fonctionnement du blog.

Tout cela résulte d’une grosse réorganisation dans la haute direction d’Apple. Au-delà d’avoir mis de côté Scott Forstall, la société a mis Craig Federighi, ancien chef du logiciel Mac, à la tête des équipes de développement d’iOS et d’OS X. Avec Federighi conduisant le plan technique, et Jonathan Ive les interfaces utilisateurs, les systèmes d’exploitations d’Apple seront certainement de plus en plus proches, et les échanges entre ceux-ci plus simples.

iPhone OS

iPhone OS, maintenant iOS, en 2007.

L’interface d’iOS demeure pratiquement inchangée depuis son lancement en 2007 : Un écran d’accueil simple composé d’icônes carrées, et d’un dock de quatre icônes. Les choses sont devenues plus jolies, plus fluides, et quelques améliorations comme les dossiers ont fait leur apparition. Mais cela est loin d’être révolutionnaire. C’est la même histoire avec Mac OS X, (Apple utilise depuis quelques temps le nom « OS X ») qui a été lancé avec Cheetah en 2001. La dernière refonte majeure est venue en 2007 avec Leopard, et nous a donné une expérience à laquelle nous sommes maintenant habitués. Snow Leopard, Lion, et plus récemment Mountain Lion ont ajouté des fonctionnalités, mais celles-ci sont plutôt de simples évolutions de l’existant ou tout simplement des idées venues d’iOS, comme le Centre de notifications, ou le Launchpad.

Nous avons utilisé des smartphones à écrans tactiles pendant la moitié d’une décennie maintenant, et des ordinateurs, pour certains d’entre nous, depuis trois décennies. Et pourtant, des choses comme le calendrier, les notes et les listes de tâches sont encore principalement prises sur papier.

Les temps changent.

mzl.obxbhoob.320x480-75

Application Podcast d’Apple : un magnétophone à bandes.

Une caractéristique de conception connue sous le nom skeumorphisme dans l’ère Forstall, sera sûrement expulsée lorsque Ive prendra véritablement les rênes de l’expérience utilisateur d’Apple. Le skeumorphisme apporte essentiellement les éléments du monde réel dans le numérique, et il peut finir par être trop intrusif. Un lecteur de musique qui imite l’apparence d’un tourne-disque ou d’une cassette, ou une application bloc-notes accentuée avec un bord déchiré comme une feuille de papier sont de parfaits exemples de la conception skeumorphique. Steve Jobs a aimé cette esthétique, mais cette tendance doit changer.

« Elles sont des métaphores du passé, elles étouffent la création, limitent l’imagination et peuvent finir par empêcher l’innovation. »

 

« Il faut nettoyer les bords, les surfaces et remplacer les textures qui sont un peu partout en ce moment. » C’est ce qu’explique un designer d’Apple anonyme au New York Times, et c’est ce que l’on pourrait attendre de Jonathan Ive pour les prochaines refontes des interfaces utilisateurs d’Apple.

Durant les premières années du Mac, de l’iPhone et de l’iPad, il était peut-être nécessaire d’utiliser une conception skeumorphique pour acclimater les utilisateurs à de nouvelles applications et pour les aider à accomplir des tâches avec de nouveaux moyens. Mais cette méthode n’est plus nécessaire. Le concept du bureau et de l’interface utilisateur graphique n’est plus étrangère à notre éducation. Nous sommes maintenant habitués aux outils numériques, et les technologies actuelles telles que le tactile nous permettent de les prendre en mains intuitivement. Avec une génération à venir qui n’aura peut-être jamais vu un tourne-disque, un téléphone à cadran, ou même un bloc-notes de papier, ces clins d’œil nostalgique aux temps passés ont non seulement perdus leur pertinence, mais sont devenus des obstacles. Sans être entravé par ces véritables barrages, Jonathan Ive n’a pas de limites pour inventer l’avenir des interfaces informatiques d’Apple.

Cette publicité me permet de couvrir les frais de fonctionnement du blog.

Laisser un commentaire ...