Test iPhone 5s mathieuchabod.fr

L’iPhone 5s, en détails, quatre mois après

Comment voulez-vous être objectif, en exprimant vos impressions sur un produit que vous n’avez eu que quelques heures entre les mains ? C’est pour moi impossible, et c’est pourquoi je n’ai pas publié mon test de l’iPhone 5s à sa sortie. Mais après 4 mois d’utilisation, je pense être en mesure de vous parler de cette petite machine, que je commence à très bien connaître. De plus, je ne vais pas vous rédiger un gros pavé vantant toutes les fonctions et caractéristiques de cet iPhone, je vais plutôt tenter de vous expliquer pourquoi j’en suis content (parce-que oui, je ne regrette pas d’avoir changé mon iPhone 5), et lister ce que j’aimerais qui soit corrigé. Aller, trêves de bla-bla, passons aux choses sérieuses.

Cette publicité me permet de couvrir les frais de fonctionnement du blog.

Test iPhone 5s mathieuchabod.fr

Un iPhone 5, en mieux (heureusement).

Nous le savions bien avant sa présentation officielle : l’iPhone de 2013 serait un iPhone 5 amélioré, et non un tout nouvel iPhone. Et comme prévu, c’est sur un iPhone 5s que Tim Cook et son équipe ont levés le voile. Alors, qu’est-ce que Cupertino a bien pu inventer pour arriver à soutirer plus de 700$ à plusieurs dizaines de millions de personnes ?

Simple, comme toutes les années, le nouvel iPhone apporte quelques améliorations : appareil-photos, puissance, compatibilités réseau … mais il apporte aussi tous les ans, une killer-feature, en gros, une fonction de-la-mort-qui-tue. L’iPhone 4 a apporté l’écran Retina, l’iPhone 4S a apporté Siri, puis l’iPhone a vu pour la première fois depuis 2007 son écran s’agrandir avec l’iPhone 5. Pour finir, l’iPhone 5s a apporté le capteur d’empreintes digitales Touch ID.

Test iPhone 5s mathieuchabod.fr

La killer-feature.

Touch ID, parlons-en. Comme dit plus haut, c’est donc LA nouveauté incluse dans l’iPhone 5s. Lors de sa présentation, j’ai été quelque-peu sceptique, même si Apple nous a toujours habitué à des fonctions propres et fonctionnelles. Des fonctions qui marchent quoi. Et encore une fois, je n’ai pas été déçu. Touch ID réagit bien, le déverrouillage du terminal se fait très (très) rapidement, et sans erreur. En plus de déverrouiller votre iPhone, Touch ID est capable de vous identifier lors de l’achat d’un film, d’un album, d’une app ou d’un livre sur les divers magasins d’Apple présents sur iOS. Exit donc le mot de passe à taper à chaque téléchargement, on pose son doigt machinalement sur le bouton Home et hop, le téléchargement commence.  C’est une très bonne fonction, qui est toutefois perfectible, il arrive parfois qu’iOS vous demande quand même votre mot de passe, certainement pour des raisons de sécurité.

En bref, Touch ID est une réelle innovation, qui allie une prouesse technologique (le capteur d’une définition de 550ppp recouvert de saphir synthétique scanne votre doigt à 360° et stock une sorte de « code » définissant votre empreinte dans une zone ultra-sécurisée de la nouvelle puce A7 64 bits), à une simplicité d’utilisation impressionnante. Du grand Apple. J’espère tout de même que la Pomme travaille sur d’autres fonctions, telles que le verrouillage d’une app en particulier, et surtout la mise à disposition d’une API pour les développeurs d’apps tierces.

Test iPhone 5s mathieuchabod.fr

Que demander de plus ?

Ceci étant dit, passons à l’appareil-photos qui lui aussi a été l’objet de beaucoup d’attention. Tout d’abord, il faut savoir que le capteur a toujours une résolution de 8 mégapixels, comme sur l’iPhone 5. Mais il est important de noter que celui-ci a été agrandi, afin de rendre les pixels plus gros (environ 1,5 µ), et donc plus sensibles à la lumière. Parallèlement à cela, l’ouverture de l’optique 5 éléments est passée de ƒ/2,8 à ƒ/2,2, de quoi augmenter le volume de lumière percutant le capteur. Grace à ces deux astuces, l’iPhone 5s se débrouille mieux que son grand frère en conditions de faible luminosité.

Mais cela ne fait pas tout, et le flash sera évidement obligatoire dans la plupart des cas. Oui, le flash, ce truc qui rend vos photos toutes blanches. Et bien Apple (oui encore elle), a trouvé la solution : elle a intégré dans son flash deux LED : une blanche/jaune, similaire à celle de l’iPhone 5, et une seconde, orange/marron. C’est ensuite l’iPhone qui, lors de la prise de vue, déterminera en fonction de la scène, quelle tendance utiliser pour le flash (plutôt chaude ou plutôt froide). D’ailleurs, la Pomme explique qu’il est capable de produire plus de 1000 combinaisons de couleurs uniques. Et ce système a un nom, c’est le Flash True Tone. En plus de cela, l’iPhone est maintenant capable de capturer en mode Rafale plus de 10 images par seconde, et utilise une exposition automatique en mode Panorama !
Là encore, même si la différence n’est visible que dans certains cas assez précis, j’ai été plutôt satisfait de ce nouvel appareil-photos, grâce à ce flash intelligent et à sa très grande réactivité.

Test iPhone 5s mathieuchabod.fr

La première puce ARM 64 bits, au monde.

Sur le papier, le processeur de l’iPhone (depuis toujours), n’a jamais vraiment brillé, et c’est d’ailleurs un argument majeur des terminaux concurrents : l’iPhone 5s affiche un simple CPU double-coeurs, cadencés à 1,3 Ghz épaulé par 1Go de mémoire vive (RAM), là où le Galaxy Note III d’une certaine firme Coréenne, par exemple, est équipé d’un CPU quadri ou octo-coeurs (enfin surtout au niveau marketing, mais passons) et plus de 3Go de RAM. Pourtant, tests après tests, benchs après benchs, il s’avère que le téléphone de Samsung ne laisse pas l’iPhone 5s sur le carreau, bien au contraire. Mais alors, où est le secret ? Le secret n’en est pas un, il est connu de tout le monde, c’est l’optimisation. La firme de Cupertino développe son propre système (iOS), et conçoit elle même ses appareils. Et contrairement à la plupart des concurrents, depuis peu, Apple ne se contente plus d’assembler ses iPhone et iPad avec des composants pris sur les étagères de sociétés spécialisées comme Quallcomm ou Nvidia.

Test iPhone 5s mathieuchabod.fr

Dorénavant, Apple conçoit ses propres processeurs (en allant même jusqu’à les dessiner intégralement à la main !), et c’est grâce à cela qu’elle a pu devancer tous les grands constructeurs de puces ARM, et sortir en surprise, un processeur mobile ARMv8 64 bits. Concrètement, un processeur 64 bits est un processeur dont la largeur des registres et des adresses mémoire atteint 64 bits. Un registre est une unité de mémoire interne au processeur, la mémoire la plus rapide d’un appareil informatique, qui est aussi une mémoire très chère et très limitée en place. Un processeur 64 bits peut donc traiter deux fois plus d’informations qu’un processeur 32 bits avec cette mémoire très performante. Alors qu’un processeur 32 bits ne peut adresser que 4 Go (2^32) de RAM, un processeur 64 bits peut en adresser 16 exaoctets (2^64). Développer une telle puce est une prouesse technologique, et elle implique aussi d’autres grands travaux : il a fallu adapter iOS 7 au 64 bits, et proposer une solution simple aux développeurs pour adapter leurs apps. De fait, depuis la sortie de l’iPhone 5s, il leur suffit (presque) de cocher une case dans Xcode pour compiler leur application en 32 et 64 bits. C’est en quelque sorte, la cerise sur le gâteau.

Test iPhone 5s mathieuchabod.fr

Mais concrètement, à l’utilisation, qu’est-ce qu’elle vaut cette puce A7 ? Et bien c’est rapide, très rapide même. À vrai dire, je ne me souviens pas avoir été agacé par le chargement d’une app, ni même par l’export d’un montage vidéo dans iMovie. Rien à dire donc sur ce sujet, même si finalement, les ralentissements, même s’ils sont bien présents, restent relativement discrets sur un iPhone 5 équipé d’une puce A6.

La puissance, oui, mais l’autonomie ?

L’autonomie n’a jamais été le point fort des iPhone, ni même de l’ensemble des smartphones, toutes marques confondues. D’ailleurs, la capacité de la batterie de l’iPhone 5s n’est que légèrement plus élevée que celle de son grand frère, elle passe de 1440 mAh à 1507 mAh. Mais à l’utilisation, le gain est pour moi assez impressionnant. En effet, là où avec mon iPhone 5 je n’arrivais pas à tenir bien plus de 6h, je tiens maintenant au moins 8 ou 9h. C’est presque une journée de lycéen, mais évidement une petite batterie externe de 10 400 mAh reste dans le sac, au cas où.

Test iPhone 5s mathieuchabod.fr

Mais l’avancée la plus importante est peut-être ailleurs. En parallèle de la puce A7, Cupertino a intégrée une deuxième puce, le co-processeur M7 (avec « M » pour Motion). Ce co-processeur donc, va s’occuper de vos mouvements et sera utilisable par des applications tierces comme par le système lui même. Il pourra s’occuper de votre localisation, de compter vos pas, et d’analyser vos déplacements. Il est aussi en mesure de détecter lorsque vous êtes à vélo, en voiture ou à pieds. En voiture par exemple, il désactivera la Wi-Fi et à pieds il passera votre itinéraire du mode voiture au mode piéton. Mais le plus gros avantage de cette puce est, contrairement au processeur principal très puissant mais très énergivore, de ne consommer que très peu d’énergie.
Toutes ces avancées permettent à votre iPhone d’être plus intelligent et par conséquent plus économe en énergie.

Bref, le gros point noir de mon test de l’iPhone 5 l’année dernière est en partie comblé. En partie, puisque même si la vie de tous les jours est un peu plus facile, j’attends beaucoup plus d’Apple pour les années à venir.

Pour conclure.

Et bien pour conclure je vais essayer de faire court. Je pense que vous l’aurez compris, cet iPhone m’épate et me convient parfaitement. Le problème d’autonomie pointé du doigt l’an dernier dans mon test de l’iPhone 5 est en partie résolu, et il est bon de voir qu’Apple travaille dur sur le sujet. Notez qu’un modèle couleur Or tout à fait sublime a fait son apparition dans la gamme d’iPhone cette année, aux cotés des modèles Argent et Gris sidéral. Ayant eu un iPhone 5 Argent, j’ai préféré changer du tout au tout en choisissant cette année un modèle Gris sidéral.

Si j’avais un conseil à vous donner, il serait celui-ci : si vous ne savez quoi faire de votre argent, achetez un iPhone 5s. Si vous avez un iPhone 4S ou plus ancien, l’achat d’un iPhone 5s peut vraiment vous changer la vie. Mais si vous avez un iPhone 5, le choix est plus difficile, il dépendra principalement de vos finances.

Cette publicité me permet de couvrir les frais de fonctionnement du blog.

Déjà 6 réactions !

Poster un commentaire !
  1. Excellent article, comme d’hab, qui contrairement aux autres pseudo-journalistes, est très objectif et clair (pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un 5S). Un article à faire regretter ceux qui ont un 4S 🙂

  2. Très bon article, fluide à lire et qui part d’une bonne idée : donner son avis personnel sur un produit après de nombreux mois d’utilisation.

    C’est dommage que tu dérives presque vers le catalogue de nouveautés (ce que tu ne souhaitais pas faire au vue de l’intro) au cours de l’article (même si c’est difficile de faire sans je dois l’admettre).

    Guillaume

  3. Sympa l’article. C’est une bonne idée de raconter son expériences quelques temps après !

    Le gros pb de l’iphone 5s reste son prix. Presque le prix d’un macbook air pour un téléphone (plus à risque d’être abimé/perdu/volé) ça fait mal ! ^^

    Petite question sur la puce M7, tu dis  » En voiture par exemple, il désactivera la Wi-Fi ». C’est à dire que tu vois le wi-fi qui se désactive vraiment (icone qui disparait & cie) ou c’est invisible pour l’utilisateur ?

Laisser un commentaire ...